Ecologie – Zutopi – La Science dans tous ses etats http://www.zutopi.com/ Magazine sur les Sciences et les Technologies Thu, 04 Apr 2019 05:22:40 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.1.1 Juliana contre les USA : un procès pourrait empêcher le gouvernement fédéral de soutenir les combustibles fossiles… http://www.zutopi.com/kuliana-vs-usa-energie/ Thu, 04 Apr 2019 05:22:40 +0000 http://www.zutopi.com/?p=198 Un procès intenté au nom de 21 enfants accuse le gouvernement américain d’avoir manqué à ses engagements et d’avoir échoué à les protéger des impacts du réchauffement climatique. Si les plaignants gagnent ce procès, le gouvernement fédéral pourrait être contraint par la justice à arrêter ses subventions destinées à aider les acteurs de la filière des énergies fossiles. Rien que ça !

Le contexte de ce procès pas comme les autres

De toutes les affaires qui ont été portées devant les tribunaux fédéraux ces dernières années, aucune n’avait autant de chances de changer notre quotidien que celle de Juliana Vs. USA. Pour citer le juge fédéral qui a analysé ce dossier, « Ce n’est pas un procès ordinaire ». Ce procès qui fait aujourd’hui l’actualité outre-Atlantique a été intenté au nom d’un groupe de 21 enfants américains qui tentent de convaincre le tribunal de suspendre dans un premier temps les aides allouées à l’industrie des énergies fossiles puis, dans un second temps, d’interdire définitivement la production, la commercialisation et l’utilisation des énergies non renouvelables pour protéger l’environnement. En effet, les plaignants arguent que l’Etat soutient une pratique qui cause directement des changements climatiques, met en danger leur avenir et viole leurs droits constitutionnels à la vie, à la liberté et à la propriété. Lorsque la poursuite a commencé, peu de spécialistes l’avaient prise au sérieux. Et pourtant, quatre ans après l’accusation, le procès est toujours d’actualité, et les plaignants ont bénéficié du soutien de politiciens, d’associations et d’experts, constituant ainsi un dossier très solide qui pourrait très bien faire mouche dans un avenir proche.

L’Etat savait depuis au moins 50 ans, sous Lyndon Johnson

L’affaire est née à Eugene, dans l’Oregon, un paradis pour les amoureux de la nature et, surtout, l’un des plus grands berceaux de l’activisme environnemental aux États-Unis. La plaignante principale, Kelsey Juliana, étudiante à l’Université de l’Oregon, n’avait que cinq semaines lorsque ses parents l’ont emmenée à son premier rassemblement pour protéger les chouettes lapones. Aujourd’hui, sa principale préoccupation est le changement climatique, la sécheresse et la menace croissante des feux de forêt dans les monts Cascades environnants. « La saison des feux de forêt a été si intense qu’on nous a conseillé de ne pas sortir. Les particules contenues dans la fumée étaient cette fois-ci hors normes. C’était si grave que c’était au-delà de la gravité, en termes de danger pour la santé », explique Kelsey Juliana. Ce discours n’est pas seulement appuyé par les activistes. Même le gouvernement fédéral reconnaît maintenant dans sa réponse à la poursuite que les effets des changements climatiques se produisent déjà et risquent de s’aggraver, surtout pour les jeunes qui devront y faire face à long terme.

Les plaignants ont été recrutés par Julia Olson, avocate dans l’Oregon et directrice générale d’une ONG appelée « Our Children’s Trust », auprès de groupes d’activistes environnementaux à travers tout le pays. Il y a huit ans, elle a commencé à construire le dossier dans son petit bureau, sans s’attendre le moins du monde à un retentissement de cette ampleur. Elle a par exemple dûment documenté ce que les anciennes administrations américaines savaient sur le lien direct entre les combustibles fossiles et les changements climatiques. Elle a également démontré que l’Etat « savait » depuis au moins 50 ans, dans la présidence de Lyndon Johnson.

L’ultimatum de 2050 pourrait très bien forcer la main au gouvernement

Les procédures judiciaires ont obligé le gouvernement à faire des aveux surprenants si l’on en croit les documents déposés devant les tribunaux. Il reconnaît maintenant que l’activité humaine, en particulier les concentrations élevées de gaz à effet de serre, est probablement la principale cause du réchauffement climatique observé depuis le milieu des années 1900. Le gouvernement reconnaît également que les concentrations mondiales de dioxyde de carbone ont atteint des niveaux sans précédent depuis au moins 2,6 millions d’années. Il reconnaît enfin que les changements climatiques augmentent le risque de perte de vie et d’extinction de nombreuses espèces et sont associés à une augmentation du nombre d’ouragans, de tempêtes violentes, des fortes précipitations et des fontes accélérées de la glace, causant ainsi une montée des eaux sans précédents et menaçant les pays « îles » de submersion. Plus récemment, un nouveau document démontre que le gouvernement reconnaît désormais que les effets du changement climatique sur l’agriculture auront des conséquences dramatiques sur la suffisance alimentaire.

La poursuite prétend que les pouvoirs exécutif et législatif du gouvernement se sont avérés incapables de faire face aux changements climatiques. La plainte soutient donc que le gouvernement a manqué à son obligation de protéger l’air, l’eau, les forêts et le littoral du pays. Et les plaignants demandent aux tribunaux fédéraux d’intervenir et d’obliger le gouvernement à présenter un plan qui permettrait de sevrer le pays des combustibles fossiles d’ici le milieu du siècle.

]]>
Plus d’un demi-million d’arbres ont été plantés pour contrebalancer la politique de Trump sur le carbone http://www.zutopi.com/plus-dun-demi-million-darbres-ont-ete-plantes-pour-contrebalancer-la-politique-de-trump-sur-le-carbone/ Tue, 19 Sep 2017 01:25:50 +0000 http://www.zutopi.com/?p=63 Pour contrebalancer les conséquences désastreuses de la position du Président Trump sur le changement climatique, un énorme projet international a mené une mission pour planter un milliard d’arbres. Le nom « Trump Forest », donné à ce projet, est une pique envers la prédilection de Trump pour les produits portants son nom. Depuis le lancement du projet, plusieurs coups ont été donnés à la science du climat. Des décisions douteuses par rapport à la politique environnementale, et bien-sûr la décision de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, malgré le fait qu’il s’agit de l’un des plus grands pollueurs mondiaux.

Ce n’est donc pas aussi surprenant que cela, que l’intérêt pour ce projet porté par un financement participatif, prenne de l’ampleur.

Aujourd’hui, seulement cinq mois après le lancement du projet, 530 653 arbres ont été promis avec environs 70 000 dollars de dons. Environ la moitié de ces dons a été faite par les américains eux-mêmes, avec de grosses parts venant d’Europe, d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

« Nous sommes à 500 000 arbres : c’est une fraction absolue de ce que nous devons atteindre mais cela est aussi 500 000 fois plus que lorsque nous avons mis le premier arbre en terre, il y a juste quelques mois, et les gens disaient aussi à l’époque que nous ne pouvions pas le faire. », affirmait dans une déclaration, le docteur Daniel Price, Glaciologiste et un des trois co-fondateurs de la Trump Forest.

« Les arbres sont les machines à nettoyer le carbone de la nature, et le font depuis des millions d’années. Ils sont l’option la plus efficace et la moins coûteuse que nous avons pour effacer l’ignorance de Donald Trump ». a-t-il ajouté.

Voici comment tout se déroule. Les organisateurs veulent que les gens à travers le monde achètent un arbre à une organisation de plantation locale, plantent cet arbre, puis vous envoyez au projet une copie de votre reçu afin d’être ajouté à la carte mondiale de la Trump Forest. D’un autre côté, vous pouvez faire des dons aux Projets de Reforestation Eden qui planteront un arbre quelque part dans le monde pour vous et pour la Trump Forest.

Éventuellement, ils espèrent planter approximativement 100 000 kilomètres carré de forêt avec une taille avoisinant celle de l’Etat du Kentucky. Ils ont calculé que ce nombre d’arbres pourrait annuler les émissions en carbone générés par le fait que Donald Trump ait mit en pièce le projet d’énergie propre du président Obama, qui aurait empêché l’émission d’environs 650 millions de tonnes de carbone en huit ans.

« Il ne s’agit pas juste d’une manœuvre et il ne s’agit pas de marquer des points sur le plan politique » a ajouté le co-fondateur Jeff Wills, un doctorant, qui étudie la politique du climat dans le Pacifique. « Le manque de politique pour le changement climatique, de Donald Trump, met en danger la vie humaine sur cette planète. Lorsque nous parlons de contrebalancer son ignorance, en voici les enjeux. »

« Trump ignore peut-être le plus important challenge que l’humanité rencontre aujourd’hui, mais pas nous. Les 500 000 nouveaux arbres plantés montre que les gens à travers le monde ne l’ignorent pas non plus ».

]]>