Histoire – Zutopi – La Science dans tous ses etats http://www.zutopi.com/ Magazine sur les Sciences et les Technologies Tue, 27 Jul 2021 02:16:43 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.1.10 L’histoire de l’acte de naissance français http://www.zutopi.com/histoire-acte-de-naissance/ Tue, 19 Jan 2021 02:13:23 +0000 http://www.zutopi.com/?p=214 L’acte de naissance est un document d’état civil exigé par l’administration dans un certain nombre de situations, comme la succession, les donations ainsi que certaines ventes. Zutopi vous propose de plonger dans l’histoire de ce document phare de l’administration française !

Le premier acte de naissance, œuvre de l’évêché de Nantes

La toute première trace de l’acte de naissance français, ou plutôt de son ancêtre, est à chercher du côté des livres de comptes ecclésiastiques, dès le XIVe siècle. A l’époque, les curés consignaient dans des registres les dons qu’ils recevaient lors des mariages, des sépultures mais aussi et surtout des naissances. Ces actes étaient alors la seule trace écrite de la démographie, notamment en Bretagne et à Paris. Les registres servaient également à assurer la traçabilité des liens de parenté et ainsi éviter les mariages « contre nature ».

Le premier texte réglementaire encadrant le « comptabilisation des naissances » est l’œuvre de l’évêché de Nantes, en 1406. En l’occurrence, il s’agissait d’une ordonnance de l’évêque qui imposait l’enregistrement de tous les baptêmes. Les évêchés de Rennes, Besançon, Angers puis Paris suivront dans la foulée respectivement en 1464, 1480, 1504 et 1515. L’évêque de Paris a justifié cette injonction par « l’observation du droit canonique en matière matrimoniale, pour lutter contre les mariages consanguins, l’inceste et le concubinage ».

Mais ce n’est qu’en août 1539 que la pratique sera dûment cadrée par l’ordonnance de Villers-Cotterêts, qui sera à l’origine de l’acte de naissance dans sa forme contemporaine. Cette ordonnance a détaillé dans ses articles 52 et 53 les modalités d’enregistrement des registres paroissiaux, imposant pour la première fois leur dépôt au greffe du bailliage ou de la sénéchaussée. Plus tard, l’ordonnance de Blois viendra imposer la présence d quatre témoins pour l’inscription aux registres paroissiaux. L’Eglise imposera dans la foulée, à l’occasion du premier synode nationale de 1559, l’inscription des éléments suivants :

  • Le nom du père ;
  • Le nom de la mère ;
  • Les parrains ;
  • Les marraines.

Des précisions supplémentaires ont été imposées par le législateur royal à ses sujets protestants. L’acte de naissance français avait alors pris en forme, même s’il connaîtra de nombreuses modifications tout au long des siècles suivants, notamment avec le Code Louis, la déclaration royale du 9 avril 1736, etc. Notons enfin que les registres d’état civil antérieurs à 1859 ont entièrement disparu avec l’incendie de l’Hôtel de Ville et du Palais de justice le 24 mai 1871, sous la Commune de Paris. Aujourd’hui, l’acte de naissance peut être demandé auprès de la mairie du lieu de naissance, indépendamment de la nationalité de la personne concernée. Il peut également être demandé en ligne via le service Mon Acte de Naissance. Le document d’état civil est alors envoyé par la poste à l’adresse indiquée par le demandeur.

L’acte de naissance, un document central dans l’administration française

Aujourd’hui, l’acte de naissance est un document juridique qui atteste de la naissance d’une personne. Bien que son utilisation ait reculé depuis une quarantaine d’années, il reste demandé pour certaines opérations de vente, de succession et de donation. L’acte de naissance français peut prendre trois formes différentes :

  • La copie intégrale, qui n’est finalement qu’une photocopie de l’acte de naissance. Cette « version » contient donc le nom de famille, le prénom, le nom d’usage (le cas échéant), la date de naissance, le lieu de naissance ainsi que la civilité (mentions « Monsieur » et « Madame » uniquement) de la personne en question. Des mentions dites « marginales » viennent s’y greffer en fonction des événements de vie de la personne concernée, avec le nom de l’époux/se, le divorce, le décès de l’époux/se, les changements de nom ou de genre et enfin le décès du titulaire. La copie intégrale informe également sur ce que l’on appelle la « capacité de la personne » : est-elle mise sous tutelle ? Est-elle sous curatelle ? Sous sauvegarde de justice ? En habilitation familiale ?
  • L’extrait d’acte de naissance avec filiation, qui reprend une partie des renseignements de l’acte de naissance, notamment en lien avec les parents. C’est la « version » de l’acte de naissance exigée lors d’une succession ;
  • L’acte de naissance sans filiation, qui ne reprend que les indications en rapport avec la personne concernée (sans les parents).
]]>
Mali : Aliou Diallo travaille sa stature d’homme de paix et d’homme d’Etat http://www.zutopi.com/mali-aliou-diallo-travaille-sa-stature-dhomme-de-paix-et-dhomme-detat/ Fri, 02 Nov 2018 08:00:17 +0000 http://www.zutopi.com/?p=72 L’appel au dialogue d’Aliou Diallo à Ibrahim Boubacar Keïta et à Soumaila Cissé a fait beaucoup de bruit dans le landerneau politique malien. Un geste d’apaisement en même temps qu’une volonté affichée de l’opposant d’insister sur sa dimension d’homme de paix et de dialogue. Est-ce aussi une manière de s’extirper d’un bourbier né d’une élection jugée chaotique par la majorité des candidats pour se recentrer sur les affaires ou une manière de préparer l’avenir pour celui qui ne veut certainement pas passer pour un jusqu’auboutiste ?L’élection présidentielle de cet été a laissé des traces du côté de Bamako. Après une campagne tendue, marquée par des violences policières contre l’opposition et des accusations de fraudes électorales fusant de toutes parts, tous les germes de l’ingouvernabilité du Mali se multiplient à mesure que les jours passent et que le pays peine à se remettre de la crise post-électorale.

Dans ce contexte de fortes tensions, et alors que le leader de l’URD, et finaliste malheureux du scrutin, Soumaïla Cissé, cherche à faire perdurer le mouvement de contestation en rejetant les résultats de l’élection, la démarche d’apaisement et d’appel au dialogue du troisième homme de la présidentielle, Aliou Diallo, apparait comme la seule et unique solution pour ce fragile pays sahélien englué dans une crise qui ne finit pas.

A l’occasion de la fête de l’Indépendance du Mali, le 22 septembre, M. Diallo avait publié un communiqué appelant à l’apaisement et au dialogue entre l’opposition et le gouvernement. Il y a même indiqué être prêt à considérer l’option d’un gouvernement d’union nationale pour fédérer les énergies et les idées de l’ensemble de la classe politique.

La déclaration de cet homme d’affaires, reconverti en politique suite aux violences armées qui coupent de fait le Mali en deux depuis 2012, et qui est considéré par de nombreux observateurs comme la force à suivre de la scène politique malienne, a encore renforcé l’image d’iconoclaste d’Aliou Diallo.

Car M. Diallo, qui était largement inconnu six mois avant la présidentielle de juillet, a mené campagne sur les thèmes du changement du système et des mœurs pour que la politique malienne cesse d’être une foire d’empoigne où quelques apparatchiks s’enrichissent. Il insistait au mois de juillet sur sa volonté de remettre enfin le pays au travail pour améliorer concrètement les conditions de vie de leurs concitoyens.

Au regard de ces thématiques, la cohérence de l’appel au dialogue adressé aux autres acteurs politique est totale. C’est aussi le signe du pragmatisme d’Aliou Diallo dont la mentalité d’entrepreneur le pousse à voir très tôt ce que d’autres n’ont pas voulu voir. Il veut faire bouger les choses et avoir des résultats. D’abord critiqué par une partie de l’opinion, la position d’Aliou Diallo est aujourd’hui reprise en échos par l’ensemble des acteurs politiques. Modibo Sidibé, Moussa Mara, Cheick Modibo Diarra, tous les principaux politiques appellent à l’ouverture d’un dialogue national tantôt « inclusif » tantôt « refondateur ».

Cette posture d’appel au dialogue est d’autant plus logique que le pays fait face à une crise sociopolitique et économique sans précédent qui impose une gestion concertée du pouvoir. Alors que l’Accord de paix piétine, les indicateurs économiques sont au rouge et le pouvoir d’achat des maliens ne cesse de s’éroder. 5% de hausse du carburant, 100% de certains produits de première nécessité, des grèves à répétition sont le lot quotidien qui viennent s’ajouter aux attentats à répétition dans le centre et le Nord du Pays. Malheureusement, ni le Président en place ni son challenger ne semblent vouloir se prêter à ce dialogue au détriment des populations maliennes…

]]>
La découverte sous-marine d’une ancienne cité romaine confirme une ancienne théorie http://www.zutopi.com/la-decouverte-sous-marine-dune-ancienne-cite-romaine-confirme-une-ancienne-theorie/ Sun, 10 Sep 2017 14:51:06 +0000 http://www.zutopi.com/?p=32 Une cité romaine longtemps perdue, a été retrouvée dans les eaux du nord-est de la Tunisie avec une dizaine d’anciens conteneurs de sauce de poissons, confirmant la vieille théorie selon laquelle ces habitations ont été englouties par un tsunami il y a 1600 ans.

Un nouveau projet archéologique de l’Institut de l’Héritage National Tunisien et de l’Université de Sassari a permit de mener plusieurs explorations dans la ville engloutie. Ces explorations sont allées si loin quelles ont permis de découvrir les ruines de certaines rues, de certains monuments et environs 100 citernes utilisées pour stocker du garum, une sauce de poisson fermentée appelée parfois « le ketchup de Rome ».

« Cette découverte nous a permit d’établir de façon certaine que Neapolis était un centre majeur pour la fabrication du garum et du poisson salé, probablement le plus grand de tout le monde romain. » explique Mounir Fantar, le dirigeant de la mission archéologique Tunisio-Italienne qui a fait la découverte, d’après l’agence AFP.

Le nom de cette cité ancienne, « Neapolis », veut dire « Nouvelle ville » en grec. Plusieurs cités portant le même nom se situent autour de l’ancien empire roman mais celui-ci était proche de la ville côtière moderne de Nabeul en Tunisie, séparée par la méditerranée, de ce qui est aujourd’hui l’Italie.

Fantar et son équipe étaient à la recherche de Neapolis depuis 2010, convaincus que les ruines de la ville, que les rumeurs disaient avoir été engloutis par un tsunami en 365, pourraient être retrouvées. Les restes de la cité existent et incluent des maisons, un complexe industriel et des mosaïques plutôt joliment bien pavées. Grâce à cette nouvelle découverte, les archéologues peuvent maintenant confirmer de façon approximative qu’un tiers de la zone urbaine était submergée et demeure sous l’eau.

« C’est une découverte majeure », a confirmé Fantar.

Le 21 juillet de l’année 365, au petit matin la méditerranée orientale a été ébranlée par un séisme sous-marin de magnitude 8.5, ce qui est plutôt puissant. L’épicentre était en Crète, où la plupart des villes ont été détruites, mais des parties plus grandes de la Grèce, de Chypre, de la Sicile, de l’Espagne et de l’Afrique du Nord ont aussi souffert.

« Plusieurs navires étaient bloqués sur le rivage sec », écrivait l’historien romain Ammianus Marcellinus. «  Ensuite, les vagues, comme si elles enrageaient contre la violence avec laquelle elles ont été repoussées, se levèrent, en gonflant les eaux peu profondes, s’abattirent sur les îles et les côtes étendues du continent, soulevant des villes et des maisons, partout où elles les rencontraient ».
Lorsque l’on entend cela, ce n’est plus surprenant que cette ville ait fini sous l’eau.

]]>