Magazine sur les Sciences et les Technologies

Comment fonctionne un talkie-walkie ?

Il est loin le temps des talkies-walkies austères qui pesaient pas loin d’un kilo et qui laissaient filtrer quelques mots entre leurs grésillements intempestifs. Aujourd’hui, des marques comme Motorola, Philips, Décathlon (via sa marque Geonaute), Midland et Baofeng rivalisent d’ingéniosité en matière de design, mais aussi de portée, de clarté, d’autonomie, de résistance et de prix pour offrir au grand public ainsi qu’aux professionnels (chasseurs, agents de sécurité, personnel de chantier…) des talkies-walkies ultra-performants qui permettent de réaliser des économies pour communiquer, mais aussi d’outrepasser les limites physiques du téléphone qui ne passe pas dans certains endroits et craint les conditions difficiles (pluie, éclaboussures, chutes, etc.). Mais comment fonctionne un talkie-walkie ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Zutopi.com vous explique tout !

Le point sur les différentes applications des talkies-walkies

Il s’agit d’un petit appareil qui ressemble fortement à une radio de type transistor. Il compte un micro, un haut-parleur, une antenne plus ou moins longue, quelques touches et éventuellement un petit écran rétroéclairé. En apparence, on est en présence d’un appareil rudimentaire qui ne fait pas rêver à l’ère du smartphone et de la tablette. En effet, ici, pas d’écran de type AMOLED, pas de connexion à internet, pas de haut-parleur puissant qui gère bien les basses et pas de moteur graphique pour jouer. Mais à quoi peut bien servir cet appareil anachronique qui semble tout droit sorti d’un film en noir et blanc ? En réalité, les talkies-walkies ont plusieurs applications possibles, que ce soit dans sphère privée ou dans la sphère professionnelle :

  • L’Airsoft : il s’agit d’une activité de jeu qui se pratique avec des armes à feu factices entre équipes rivales. Les participants doivent communiquer en temps réel, avec une simple pression sur un bouton, même dans des zones reculées ou isolées qui n’ont pas forcément de réseau. Le talkie-walkie est donc tout indiqué, puisqu’il permet également de paramétrer des réseaux privés accessibles aux seuls membres d’une même équipe. Enfin, de par sa robustesse, le talkie-walkie ne craint pas l’immersion (quand il est pensé pour cette utilisation) ;
  • Le camping : pour ces mêmes raisons, le talkie-walkie s’impose avec force à l’occasion d’un camping sauvage, en plein air, au bord de la mer ou en montagne ;
  • Les chantiers : muni d’un talkie-walkie ultrarésistant avec éventuellement un revêtement antichoc et une étanchéité parfaite, le travailleur de chantier peut communiquer efficacement avec ses équipes et rester en permanence au contact pour une meilleure sécurité ;
  • La chasse : la communication sans délai d’attente dans des zones où le réseau téléphone mobile n’est pas légion rend le talkie-walkie indispensable pour les chasseurs, quel que soit leur niveau ;
  • La moto : pour les motards, l’avantage du talkie-walkie est qu’il permet de communiquer dans forcément manipuler l’appareil ;
  • Les foires, les salons et les expositions : le talkie-walkie peut-être l’allié des organisateurs d’évènements ;
  • La sécurité : les agents qui patrouillent autour d’une zone résidentielle, d’un entrepôt ou de toute autre zone à sécuriser sont plus efficaces avec un talkie-walkie qui permet une communication sans aucun délai ;
  • A la maison, pour communiquer gratuitement et sans délai entre deux étages ou deux chambres éloignées… sans oublier que l’expérience que cela procure aux enfants !

Retrouvez les détails sur l’ensemble des applications des talkies-walkies sur talkies.fr !

Comment fonctionne un talkie-walkie ?

Le mode de fonctionnement d’un talkie-walkie est relativement simple. L’appareil est en fait un émetteur-récepteur radio mobile tout simple, qui permet de communiquer dans un périmètre déterminé, variant en fonction des éventuels obstacles, des conditions climatiques et de la taille de l’antenne, entre autres. Le talkie-walkie émet un signal dans un rayon variable qui peut aller d’une petite centaine de mètres pour les modèles « ludiques » à une dizaine de kilomètres (voire plus dans des conditions favorables) pour les modèles professionnels ultra-puissants. La liaison entre l’émetteur et le récepteur est en half-duplex. En termes moins techniques, cela signifie que la communication est bidirectionnelle, mais à tour de rôle, puisque que deux talkies-walkies ne peuvent émettre simultanément. Chaque interlocuteur parle, à tour de rôle, en appuyant sur un bouton (Push To Talk souvent abrégé en « PTT »). Le fait d’émettre ne permet pas de recevoir. En somme, on est dans le mode de fonctionnement d’une radio standard, orientée cette fois-ci vers la communication dans les deux sens plutôt que dans la réception. Le premier talkie-walkie de l’histoire a été inventé par un ingénieur canadien, Donald Hings, entre les deux guerres mondiales, probablement autour de 1935. Le premier modèle commercialisé dans le cadre militaire a été le talkie-walkie SCR 300 signé Motorola, au lendemain de l’éclatement de la Seconde Guerre Mondiale, début 1940. Ce dernier pesait… plus de 15 kg et émettait sur 5 km dans les meilleures conditions. Passionné par le sujet ? On vous propose de revoir, avec une pointe de nostalgie, l’épisode dédié aux talkies-walkies dans la série documentaire mythique « C’est pas sorcier » !

Comments are closed.