Magazine sur les Sciences et les Technologies

L’explication Scientifique du Vampirisme

Du Comte Dracula, l’élégant prédateur, au démoniaque Nosferatu, en passant par le scintillant mais conflictuel Edward Cullen, les vampires revêtent divers critères ; mais leur soif de sang et leur mépris pour la lumière du jour sont définitivement leurs caractéristiques les plus cruciales.

Le mot « vampire » est apparu pour la première fois au 18ème siècle dans la langue anglaise, mais son origine remonte à beaucoup plus loin. Depuis les précurseurs jusqu’aux vampires modernes, on peut les retrouver dans le folklore grec ancien et, on y trouve des mythes sur des créatures démoniaques, suceuses de sang, dans l’histoire de diverses cultures à travers le monde. On retrouve le « Peuchen » au Chili, le « Jianganshi » en Chine, le « BaobhanSith » en Ecosse, et la liste est encore longue.

vampireLa majorité d’entre nous conviendront que les vampires n’existent pas. Toutefois, certaines choses ne relèvent pas de la fiction. L’une des choses qui a été révélées sur le vampirisme est un trouble du sang appelé « protoporphyrieérythropoÏétique (PPE) »

PPE est le troisième type le plus fréquent de porphyrie et apparaît souvent pendant l’enfance. Les malades sont extrêmement sensibles à la lumière, au point d’être brûlés et d’avoir des cloques lorsqu’ils sont exposés au soleil.

« Les personnes atteintes d’EPP souffrent d’anémie chronique qui les fait se sentir en permanence fatigués et les rend pâles, avec une photosensibilité accentuée car ils ne peuvent pas sortir en plein jour », affirme Barry Paw, du centre de recherche Dana Farber a Boston. « Même par temps nuageux, il y a assez d’ultraviolets pour causer brûlure et défiguration aux parties du corps exposées telles que les oreilles et le nez. »

Aujourd’hui, les patients sont exhortés à rester à l’abri pendant les heures de la journée et l’on prescrit des transfusions sanguines, avec un taux de chances suffisamment élevé pour réduire les symptômes. Mais dans les temps médiévaux et anciens, avant la médecine moderne, ils se seraient transformés en animaux assoiffés de sang et ne sortiraient que la nuit pour essayer de soulager eux-mêmes les symptômes.

Récemment, dans une étude publiée dans les Actes de l’Académie nationale des sciences , les chercheurs rapportent une mutation génétique nouvellement découverte qui est responsable de l’EPP, suggérant un mécanisme biologique derrière le mythe des vampires.

« Cette mutation nouvellement découverte met vraiment l’accent sur le réseau génétique complexe qui sous-tend le métabolisme du foie« , a déclaré Paw , co-auteur principal de l’étude. « Les mutations de perte de fonction dans n’importe quel nombre de gènes qui font partie de ce réseau peuvent entraîner des troubles dévastateurs et défigurant« .

En plus d’être une explication fascinante pour le vampirisme, les chercheurs espèrent que cette vision peut conduire à des thérapies qui corrigent les gènes défectueux chez les personnes atteintes du PPE.

« Bien que les vampires ne soient pas réels, il existe un besoin réel de thérapies novatrices pour améliorer la vie des personnes atteintes de porphyries« , explique Paw.

Facebook Comments

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.